Publié le 24.01.18

CES 2018 : les coups de coeur “smart city” de la rédaction

Nous n’en doutions pas. Le CES – plus grand salon tech au monde – a tenu ses promesses : plus de 3900 exposants ont attiré près de 200 000 visiteurs durant quatre jours de découvertes et d’échanges. La rédaction du Nexity Lab vous livre dix de ses plus gros coups de coeur en matière de smart city.

S’il y a deux tendances technologiques auxquelles cette 51ème édition du CES a fait la part belle, ce sont bien l’IA (intelligence artificielle) et l’IOT (objets connectés). L’événement a confirmé que leur usage tendait progressivement à se démocratiser pour prendre encore plus de place dans nos vies. Et si demain, nous nous déplacions plus vite, dans des voitures autonomes et durables ? Notre futur logement sera-t-il sur-mesure, correspondra-t-il entièrement à notre profil ? Pourra-t-on faire venir nos commerces préférés en bas de chez nous ? Des idées folles, qui paraissent parfois surréalistes et pourtant déjà en phase d’expérimentation.

La mobilité poursuit sa grande mutation

Wink Bar : le guidon connecté de Velco

Grande star de la mobilité douce, le vélo est très loin d’avoir déserté la ville. Bien au contraire, les politiques publiques plaident aujourd’hui plus que jamais en sa faveur pour répondre aux enjeux environnementaux.  Lauréat du prix Smart cities du CES de Las Vegas, le guidon connecté de la startup nantaise Velco transforme notre deux-roues préféré pour en faire un moyen de transport pratique et intelligent. Parmi les fonctionnalités les plus intéressantes : son GPS reposant sur un système LED, avertissant le cycliste des directions qu’il doit prendre sans l’obliger à sortir son smartphone, le calcul des kilomètres parcourus, la géolocalisation ou encore compteur de calories brûlées. Pour le moment, Velco ne s’adresse pas directement au grand public mais cible les fabricants de vélos, les loueurs, et les flottes de vélo en libre-service.

Parkki : l’analyse du stationnement urbain

S’attaquer au problème du stationnement urbain peut sembler audacieux quand on sait que l’on estime à 30 minutes par jour le temps de recherche d’une place libre. Pour nous éviter de tourner en rond, la startup Parkki a développé une application mobile unique en son genre. Connectée à des capteurs brevetés qu’elle installe sur les éclairages publics, elle est capable d’afficher en temps réel la disponibilité des espaces de stationnement en ville. Grâce à cette solution, les gestionnaires de parking peuvent ainsi mettre en place un contrôle intelligent du stationnement, améliorer leurs infrastructures en continu et anticiper le comportement des usagers.

Toyota e-Palette Concept : Place à la “Mobility as a service”

Imaginez une navette autonome électrique qui pourrait devenir tout à tour un restaurant, un espace de co-travail, un magasin ou un hôtel ambulant. C’est le concept fou imaginé par Toyota : l’e-Palette. Disponible en trois tailles (4 à 7 mètres), ce quatre roues innovant pourrait révolutionner le monde de la mobilité avec des premiers usages en situation réelle lors des prochains Jeux olympiques à Tokyo en 2020. C’est sur la base d’une alliance commerciale avec de grands acteurs du e-commerce que l’e-Palette est née, parmi lesquels Amazon, Pizza Hut, Uber, sans oublier le géant chinois du VTC DiDi.

Toujours plus de personnalisation à l’ère des modèles collaboratifs

Bubbleflat : une plateforme pour trouver le colocataire idéal

Pour les étudiants et les jeunes actifs, trouver le colocataire parfait peut être une tâche fastidieuse. Pour simplifier cette démarche, la plateforme Bubbleflat propose un outil de mise en relation intelligent. Grâce à un algorithme de recherche, elle associe de nombreux critères – à la manière d’un site de rencontre – tels que le budget, les centres d’intérêt ou encore les modes de vie. Un des points forts du service : les colocataires peuvent échanger directement avec les propriétaires. À ce jour, Bubbleflat recense 17 000 utilisateurs dont 3000 étudiants étrangers. Et la startup ne compte pas s’arrêter là : elle pourrait prochainement s’associer avec un système bancaire pour proposer une carte de crédit dédiée à la colocation. Un moyen de partager les dépenses plus facilement entre les locataires.

Néop : l’accès à distance aux espaces partagés

Un bureau dont la porte s’ouvre d’un simple message envoyé depuis son smartphone, il fallait y penser. Benjamin Laporte et Arnaud Kazubek l’ont fait. Grâce à la solution connectée Néop, développée par OneGates, la réservation d’espaces partagés est d’une simplicité enfantine. La startup a créé une solution permettant d’accéder à tous types d’espaces collectifs (bureaux, salles de réunion, salles de sport) et de suivre leur activité en temps réel. Au moyen d’un boîtier numérique fixé sur une porte et relié aux administrateurs du lieu, Néop permet de déclencher l’ouverture de l’espace sans utiliser de clés. Pour l’utilisateur, rien de plus simple : le tout se fait en toute simplicité, depuis une application smartphone. La solution devrait voir le jour au premier trimestre 2018.

La maison vers toujours plus de confort et de sécurité

Vivint : un outil de surveillance collaboratif

Après avoir annoncé l’année dernière un partenariat avec Airbnb pour simplifier les échanges entre hôtes et voyageurs, Vivint, grand industriel des objets connectés, a dévoilé son nouveau concept lors de cette édition : Streety. Derrière cette technologie : une application smartphone qui permet à un voisinage de mettre en commun les données de leurs caméras – sur demande – afin de rendre plus serein le quotidien de leurs habitants. Surveiller un enfant qui joue dans le quartier, retrouver un chien perdu, récupérer les images d’un vandalisme ou encore constater un accident : autant de situations auxquelles Streety souhaite répondre. Une solution qui prête à débat néanmoins, notamment auprès de ceux qui s’inquiètent de l’usage grandissant de leurs données privées.

Ween : du thermostat connecté à l’intelligence artificielle

L’année dernière, Ween avait déjà marqué ses empreintes au CES en présentant son thermostat connecté, capable d’adapter la température du domicile aux habitudes des occupants. Devenue Ween AI, la startup a développé de nombreuses nouvelles applications en se connectant désormais à d’autres objets de la maison. Intégré à un réfrigérateur par exemple, elle anticipe le nombre de fois où la porte sera ouverte et peut ainsi optimiser la température pour la conservation des aliments. Grâce à de nombreux partenariats industriels, Ween parvient même à toucher de nouveaux secteurs, comme celui de l’automobile, où elle permet par exemple de préchauffer l’habitacle avant que le propriétaire ne soit rentré à l’intérieur du véhicule.

Janasense : l’intelligence artificielle au service du maintien à domicile des seniors

Toujours en matière de sécurité, mais cette fois-ci plus spécifiquement dans le domaine de la Silver Economy (le marché des seniors), Janasense présentait ses capteurs intelligents – au look design – qui assurent la sécurité des personnes âgées à leur domiciles et la quiétude de leurs proches. Hébergée au Lab’O à Orléans, cette startup utilise l’intelligence artificielle pour identifier les habitudes des utilisateurs en se fondant dans leur quotidien, afin d’anticiper des risques de fragilité. Elle synthétise ensuite ces informations dans une application smartphone, partagée avec toute la famille. Une expérimentation grandeur nature devrait voir le jour au premier trimestre 2018 dans 300 logements du département du Loiret.

Optimiser la recherche de logement grâce à la data

Liberty Mutual : une solution pour connaître la qualité de vie de son futur logement

Dernière belle découverte que nous souhaitions partager avec vous : l’un des derniers produits de l’assureur américain Liberty Mutual. Cette fois-ci, pas question de high tech à proprement parler mais plutôt d’innovation servicielle et sociétale. L’entreprise a en effet dévoilé Total Home Score : un outil d’analyse qui permet d’obtenir des informations très spécifiques sur la qualité de vie autour d’un logement. À ce stade, deux indicateurs sont pris en compte uniquement : celui du niveau d’agressivité des automobilistes – et donc de la dangerosité sur la route, mais aussi le niveau de stress sonore, qui prend en compte les différents bruits ambiants (trafic routier, train, métro…). Mais sans surprise et face au potentiel de ce type d’outil, Liberty Mutual annonce déjà travailler sur de nouveaux indicateurs.