Publié le 17.12.18

Comment construire mieux pour habiter plus ?

Reconversion de bâtiments oubliés, surélévation d’anciens immeubles, habitat modulaires ou intergénérationnels, nouveaux dispositifs spatiaux et matériaux innovants etc., l’architecture du logement se réinvente aujourd’hui à Paris. L’exposition Habiter Mieux Habiter Plus – qui s’est achevée* en septembre dernier au Pavillon de l’Arsenal – mettait en lumière plus d’une soixantaine de bâtiments remettant en question les formes traditionnelles du logement.

À Paris, les défis du logement sont triples : il s’agit d’éradiquer l’habitat indigne, de pallier la hausse foncière et de diversifier les constructions dans le respect des enjeux écologiques. Pour ce faire, architectes, ingénieurs, paysagistes, associations, chercheurs tentent de proposer de nouvelles manières d’habiter répondant aux usages contemporains. Zoom sur trois types de logements d’un nouveau genre.

Casernes, couvents, garages, bureaux : le futur de l’habitat est déjà là

En 2016, l’Atelier parisien d’urbanisme estimait le nombre de bureaux sous-occupés, inoccupés ou n’ayant pas fait l’objet de rénovations lourdes depuis 30 ans à 2,5 millions de mètres carrés. Avec la tendance du travail à distance, ce nombre pourrait même encore augmenter. Réhabiliter l’ancien plutôt que de construire du neuf est donc le leitmotiv de nombreux projets à l’instar de l’aménagement de l’ancienne caserne de Reuilly dans le 12ème arrondissement de Paris. En plein coeur de la capitale, cette ancienne caserne aujourd’hui vide, accueillera demain 580 logements dont 50% de logements sociaux (familiaux et étudiants), 20% de logements familiaux à loyer intermédiaire, 30% de logements à loyer libre encadré.

Découvrir ici le projet de la caserne de Reuilly en images.

Prendre de la hauteur : une alternative au manque d’espace au sol

Si les opérations de démolition et de reconstruction ont souvent été privilégiées, la loi Alur de mars 2014 offre aux constructeurs un contexte législatif favorable à la surélévation. Ce type de construction consiste à ajouter des parties privatives et/ou communes en modifiant la toiture et en créant de nouvelles constructions dans le prolongement de la façade d’un  immeuble. En plus de générer une plus-value pour le bâtiment et d’améliorer – dans certains cas – l’isolation thermique, ces élévations ont permis la création d’environ 40 000 nouveaux appartements familiaux de 50 à 70m2 à Paris. Suivant ce modèle, l’ancienne antenne de Pôle Emploi située au coeur de la Cité Charles Godon, dans le 9ème arrondissement se voit ainsi dotée, sur rue, de deux étages supplémentaires et à l’arrière, d’une transformation plus radicale, ouverte, et verte, forcément.

Consommer moins pour habiter mieux

Longtemps réservée aux initiés, la construction écologique sort aujourd’hui de l’ombre pour passer au premier plan de l’actualité. De plus en plus de bâtiments s’inscrivent en effet dans cette démarche, et ce, dès l’étape de conception. Construire un bâtiment éco-responsable, c’est en effet repenser le processus de construction de A à Z et maîtriser l’impact sur l’environnement extérieur (diminution des nuisances et des déchets de chantier, respect du site…), réfléchir à une meilleure gestion de la consommation de l’énergie et de l’eau et créer un environnement confortable pour ses habitants (confort thermique et acoustiques etc.). La démarche mise en œuvre dans le projet d’éco-quartier Clichy-Batignolles par exemple, tend à répondre aux objectifs prioritaires de développement durable définis par la Ville de Paris. Le futur quartier parisien a en effet été conçu pour être exemplaire en matière de sobriété énergétique et d’énergies renouvelables, avec la mise en œuvre d’une gestion efficace de l’eau et un système novateur de collecte des déchets urbains par pneumatique. 

Engagé à rendre les bâtiments plus intelligents depuis de nombreuses années, Nexity dévoilera à l’automne son nouveau projet Dimension au sein de la ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) Clichy-Batignolles. Ce regroupement de trois bâtiments accueillera pas moins de 350 logements, un cinéma, un centre d’animation ainsi que des commerces.

 

*L’exposition présentée du 5 avril au 2 septembre 2018 au Pavillon de l’Arsenal – 21, bld Morland – Paris 4e