Publié le 12.10.17

Hélicity​ : des étudiants décident de construire leur propre logement

Pour les étudiants, la rentrée universitaire est souvent synonyme de recherche de logement, un sujet qui prend du temps, de l’énergie et qui représente en moyenne entre 40 et 70% de leur budget annuel. Désormais, pour répondre à cette problématique, en plus des offres de résidences étudiantes, des jeunes ingénieurs bretons ont créé un nouveau concept : Hélicity, un bâtiment éco-construit à bas coût.

L’histoire commence il y a deux ans lorsque sept élèves ingénieurs à l’école des métiers de l’environnement à Bruz en Bretagne, déçus de la qualité des chambres universitaires, décident de consacrer leur loyer (près de 400 euros par mois) dans la conception de leur propre logement. Le projet Hélicity est ainsi né d’une volonté commune de « bousculer l’idée reçue selon laquelle l’éco-construit coûte cher », souligne son président Pierre Lumalé dans un article publié par Usine Nouvelle.

Un logement modulable, nomade et économe

Démontable, transportable et parfaitement isolé, Hélicity a été conçu pour pouvoir s’adapter parfaitement aux besoins de ses occupants. Le module est en forme de U, avec deux bâtiments qui se font face. Pour les jeunes ingénieurs, l’idée est d’en faire une colocation mais sans les désavantages : deux appartements ont des parties communes (cuisine et terrasse) mais leurs salles de bains restent privatives. Avec 24m2 de privatif et 13 m2 de commun, chaque logement est donc très spacieux par rapport à l’investissement réalisé.

Contrairement aux autres logements du campus qui sont fabriqués en béton, ceux là utilisent de nombreux matériaux biosourcés et le bois pour matière première. Ils se rapprochent par ailleurs des bâtiments passifs – c’est-à-dire qu’il ne comprennent pas de système de chauffage actif comme par exemple un chauffage central – avec des dépenses en énergies très faibles. Pour le chauffage, l’habitation pourra s’appuyer sur la chaleur du soleil, celle dégagée par les occupants ainsi que celle produite par les appareils électroniques. Un système qui pourrait faire nettement baisser la facture d’électricité des étudiants : Selon Pierre Lumalé, elle s’élèvera seulement autour de 5 euros par mois par personne alors qu’elle peut dépasser les 20 euros dans des systèmes classiques.

Pour financer leur projet, 3 des sept étudiants d’Hélicity ont utilisé leurs ressources personnelles, mais ils ont également eu recours à des prêts dont le montant de remboursement – entre 400 et 450 euros – est inférieur au loyer d’une chambre universitaire qui leur aurait coûté plus de 500 euros. Et à la fin du bail de location, ils deviendront surtout les heureux propriétaires de leur logement, qu’ils pourront par la suite décliner sous d’autres formes (en commerce par exemple).

Après un peu plus de 3 mois de chantier, les fondateurs d’Hélicity se fixent pour objectif d’emménager tous les trois au début du mois de novembre et louer le quatrième studio à un autre étudiant. Et si le prototype est économiquement viable, ils pourraient bien envisager une mise sur le marché dans les mois et années à venir …

Hélicity prouve que l’autoconstruction peut rimer avec économie d’énergie, écologie et confort de vie et démontre aussi à quel point un projet immobilier peut être optimisé lorsque le futur occupant est lui même impliqué dès les premières phases de conception. Repartir des besoins des habitants n’est-il pas le meilleur moyen de leur apporter des réponses innovantes ?

 

Sources : Usine Nouvelle, Le Figaro, Hélicity