Publié le 10.10.18

Kigali, ville pionnière de l’intelligence urbaine en Afrique

Alors qu’il était plongé dans le chaos après le génocide de 1994, le Rwanda s’est relevé de façon spectaculaire jusqu’à devenir un modèle d’inspiration pour le reste du continent africain. Kigali, la capitale du pays, est la vitrine de ce boom économique rwandais, déjà comparée à un “petit Singapour”. Un succès qui s’explique par une stratégie de développement tournée vers l’innovation et le développement durable.  

Le paysage de Kigali s’est radicalement transformé. Les tours de verre fleurissent à vitesse grand V et sont désormais le symbole d’un Rwanda qui avance et d’une économie qui se porte bien.

L’intelligence collective au service de la gestion de la ville

En 2013, le Rwanda lançait son programme “Smart Kigali” pour faire de sa capitale une ville durable et respectueuse de l’environnement. Selon le site officiel de la ville, ce plan a pour objectif à la fois la protection et la gestion intelligente des ressources naturelles.

Des mesures concrètes ont donc été mises en place par la municipalité comme l’interdiction des sacs plastiques ou encore l’”Umunganda”, une journée de travail communautaire à laquelle toute la population participe. Depuis 2016, les Kigaliens se réunissent en effet une fois par mois pour servir la collectivité et participer à la construction de nouvelles infrastructures publiques, au nettoyage des rues ou encore pour venir en aide aux personnes en situation difficile. Des voies piétonnes et des pistes cyclables seront également bientôt intégrées au réseau de transport en commun et viendront désengorger la circulation du centre-ville. Une initiative qui s’ajoute à la journée sans voiture instaurée chaque mois.

Des services publics optimisés

Le Rwanda est l’un des pionnier de l’ingénierie urbaine intelligente en Afrique. Des efforts considérables ont donc été réalisés pour accroître et simplifier l’accès aux services publics. La capitale offre par exemple à ses habitants l’accès au WiFi gratuitement dans les espaces publics, les transports, les restaurants, les hôtels, etc. et ambitionne de déployer prochainement le réseau 4G à grande échelle.

L’administration rwandaise a également réussi à anticiper sa révolution numérique. Mandatée par le gouvernement, la société RwandaOnline met à disposition des citoyens “Irembo”, un site internet qui leur permet de renouveler leur passeport, demander une nouvelle carte d’identité, obtenir une copie de leur casier judiciaire, etc.

Parallèlement, le service de paiement dans les transports en commun a été simplifié. Grâce à Tap & Go, il suffit désormais aux usagers de se munir d’une carte de transport, de l’approvisionner selon le nombre de trajets souhaités et de la passer devant un boîtier électronique qui enregistre le voyage. « Le système facilitera la collecte de revenus pour les opérateurs de bus. Il a également la capacité de surveiller l’emplacement de l’autobus, sa vitesse et des informations sur les passagers à bord » explique Patrick Buchana, chef de direction du Groupe AC, à l’initiative de la solution.

Innovation City : futur hub africain de l’innovation

À une dizaine de kilomètres de la capitale rwandaise, un futur pôle technologique 2.0 baptisé “Innovation City” est en cours de construction. “Nous allons réunir sur un même site les différentes composantes de l’économie de la connaissance et ainsi accélérer la croissance des nouvelles technologies” souligne Steve Mutabazi dans article publié sur jeuneafrique.com, la responsable des nouvelles technologies du gouvernement. Ce hub réunira à la fois un campus universitaire avec notamment des antennes de l’université américaine Carnegie Mellon, de l’Institut africain des sciences mathématiques, du Centre international des physiques théoriques mais aussi des incubateurs de startups et des entreprises innovantes.

Accompagner les jeunes entrepreneurs de demain et créer un véritable écosystème business capable d’attirer les investisseurs étrangers est bel et bien l’objectif du président rwandais Paul Kagame. Ce féru de technologie s’est d’ailleurs rendu en France cette année pour ouvrir le salon Viva Technology.

D’autres villes africaines adoptent l’esprit “smart city”, comme la capitale du Kenya, Nairobi. Depuis 2013, la ville développe la “Konza Technology City” aussi appelée “Silicon Savannah”, un ville nouvelle de 2000 hectares entièrement dédiée à la technologie, avec des startups, des bureaux, des universités mais aussi des logements.