Publié le 11.12.18

Avec la 5G, la ville fait un pas de plus vers l’Internet of Everything

Faisons de la 5G une priorité pour la France” : voici l’objectif fixé par Delphine Gény-Stephann (secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances), Mounir Mahjoubi (secrétaire d’État en charge du numérique auprès du Premier ministre) et Sébastien Soriano (président de l’Arcep), dans la feuille de route officielle sur la 5G présentée en juillet dernier.

Alors que le déploiement de la 5G n’est pas attendu avant 2020, le secteur des télécoms semble d’ores et déjà en ordre de marche, prêt à relever le défi de cette technologie future. Car si la 5G fascine autant, c’est parce qu’elle promet de multiplier par 1000 la performance des réseaux et permet ainsi de transformer la ville en véritable “smart city” dotée d’infrastructures plus autonomes, plus sûres et plus écologiques.

Concrètement, qu’est-ce la 5G va changer ?

La 5G, c’est d’abord la promesse de débits perçus jusqu’à 10 fois supérieurs à ceux de la 4G, permettant des échanges de données beaucoup plus rapides. C’est également une latence (temps de réponse) divisée par 10 pour des communications ultra-fluides mais aussi une densité de connexion (nombre d’objets qui peuvent communiquer simultanément sur le réseau) multipliée par 10, permettant le développement des objets connectés à plus grande échelle.

Partout dans le monde, des industriels développent de premières expérimentations. En France, Orange mène d’ailleurs des expérimentations d’envergure à Lille, Douai ou encore en Roumanie. L’opérateur s’est par exemple associé à Ericsson afin de déployer une infrastructure mobile expérimentale permettant de tester les fonctionnalités 5G nécessaires aux véhicules autonomes.

Quels seront les principaux apports de la 5G pour les villes ?

Améliorer le système énergétique

Selon un rapport du fournisseur de téléphonie mobile britannique O2, la 5G pourrait permettre d’économiser jusqu’à 12% de la consommation d’énergie au Royaume-Uni. Cette nouvelle technologie va en effet permettre de faciliter l’insertion des énergies de sources renouvelables et de nouveaux usages comme la mobilité électrique. Les compteurs communicants vont par exemple permettre de mieux cibler les investissements sur le réseau électrique, réduire la consommation d’énergie et améliorer l’efficacité énergétique. Ces réseaux intelligents connectés à la 5G conduiront à une tarification dynamique permettant aux citoyens de choisir où ils achètent leur énergie.

Intégré au mobilier urbain et notamment à l’éclairage public via l’installation de détecteurs de mouvement, la 5G pourrait également permettre la mise en place d’un éclairage de nuit “raisonné” avec des lampadaires éclairant en fonction du passage des usagers.

Des soins de santé intelligents

Grâce à son débit accru et sa latence réduite, la 5G va contribuer à démocratiser la télémédecine. Avec des échanges de contenus – vidéo, image et son HD – plus fluides, la 5G va en effet permettre de déployer à plus grande échelle la téléconsultation, permettant ainsi de désengorger les hôpitaux. Pour les médecins, l’échange de ces contenus HD leur assurera une télé-expertise maximale auprès du patient.

À terme, la 5G permettra également d’accélérer le déploiement de la chirurgie à distance. Concrètement, la technologie 5G couplée à une robotique de pointe mêlant réalité augmentée et virtuelle permettra par exemple au spécialiste de fermer sa main pour attraper un bistouri ou un organe, et à son équivalent robotique de la fermer instantanément. On pourra même imaginer dans le futur une opération chirurgicale pratiquée par un robot basé à Paris qui répliquerait les gestes d’un chirurgien situé à New-York.

L’usine du futur flexible et rapide

La 5G peut offrir des éléments de différenciation pour les entreprises et ce, dans tous les secteurs. Pour Dr Andreas Müller, recherche et ingénierie avancée, technologie de communication et réseau chez Robert Bosch GmbH : “la 5G va bouleverser les process de fabrication. Elle pourrait même modifier la manière dont les usines sont construites”. Le futur réseau mobile offre en effet aux industriels des promesses de performance, de fiabilité et de contrôle garantissant un temps de réponse très rapide entre tous les équipements de la chaîne de production.

Si la 5G fait beaucoup parler d’elle et promet une transformation en profondeur de la ville, le déploiement de cette technologie nécessite cependant de prendre en compte plusieurs prérequis. Pour Fabienne Dulac, Directrice Exécutive Orange France, cela passera notamment par :

  • la mise en place de normes fiables au niveau européen impliquant aux 28 régulateurs nationaux de l’UE de trouver un accord,
  • la libération et l’attribution des fréquences par l’Arcep et le gouvernement,
  • le temps de déployer les antennes, sachant qu’il faut en moyenne 5 à 10 ans pour déployer un réseau mobile.

Malgré ces contraintes, la France n’est pas en retard et le déploiement de la technologie 5G s’accélère d’ailleurs : Lyon, Bordeaux, Nantes, Lille, Le Havre, Saint-Étienne, Douai, Montpellier et Grenoble sont les neuf villes retenues par l’Arcep – le régulateur des télécoms – pour la tester pendant 18 à 24 mois.