#Bienêtre
Publié le 04.04.17

Vers une Europe « zéro carbone » en 2050 ?

Quinze mois après la signature de l’Accord de Paris sur le climat, le think tank The Shift Project, fondé par l’expert de la transition énergétique Jean-Marc Jancovici, a lancé un Manifeste pour décarboner l’Europe à l’horizon 2050. Un appel qui a déjà récolté plus de 1900 signatures parmi lesquelles 80 industriels dont Nexity, EDF, MACIF, RATP, Vinci ou encore Areva.

À quelques semaines de l’élection présidentielle, The Shift Project se donne un objectif clair et ambitieux dans son manifeste : celui d’inciter les États européens à lancer des politiques capables d’aboutir en 2050 à des émissions de gaz à effet de serre aussi proches que possible de zéro. Pour Nexity, cet engagement s’inscrit dans le prolongement de sa démarche en matière d’innovation durable, menant depuis 2009 une politique bas carbone.

En portant le débat climatique sur le devant de la scène, le Manifeste nous mobilise à nouveau sur ce défi collectif et citoyen. L’enjeu est maintenant d’amplifier le mouvement en transformant nos métiers en profondeur, en plaçant les innovations bas carbone au coeur de nos offres et en nous engageant sur des objectifs chiffrés”

Alain Dinin, Président Directeur Général de Nexity*

 

Replacer l’écologie au premier plan

En adressant ses propositions aux candidats à la présidence de la République, le think tank tire le signal d’alarme dans un contexte où les sujets de transition énergétique restent encore très en marge du débat politique en France.

« Aucun programme présidentiel en France, ni aucune politique mise en œuvre en Europe ou dans le monde n’est encore à la mesure de l’ambition de l’Accord de Paris : atteindre la neutralité carbone (zéro émissions nettes de gaz à effet de serre) dès que possible au cours de ce siècle », déplore Matthieu Auzanneau, directeur de The Shift Project.

Se rassembler autour du défi du climat et de la préservation des ressources naturelles : c’est l’objectif commun proposé à tous les acteurs de l’Europe, invités pour cela à entreprendre au plus vite des actions très concrètes. Pour les signataires du document, l’initiative pourrait devenir “un moteur de développement et de prospérité économiques essentiels dans une Europe aujourd’hui incertaine des chemins qu’il lui faut choisir”

 

9 propositions pour réussir la révolution post-carbone

Pour « changer d’ère » et accomplir l’essentiel des réductions d’émissions nécessaires, 9 propositions sont détaillées par The Shift Project qui précise néanmoins que « leur mise en oeuvre ne suffirait toutefois pas à atteindre l’objectif ultime visé notamment par la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni : zéro émissions nettes”. Néanmoins, ces propositions représenteraient ce que l’Europe pourrait faire a minima pour respecter l’Accord de Paris sur le climat.

Dans l’énergie, il s’agirait de fermer toutes les centrales à charbon ; dans les transports, de généraliser la voiture à moins de 2L/100KM, encourager les nouvelles formes de mobilité (covoiturage, vélo, etc.) et tripler le réseau des trains à grande vitesse. Dans le bâtiment, le think tank propose de rénover les logements anciens pour diviser par quatre les émissions des chauffages résidentiels, et de lancer le grand chantier de rénovation des bâtiments publics. Et pour inventer l’industrie lourde post-carbone, priorité donnée à l’économie circulaire et à l’éco-conception. Enfin, le plan détaille aussi deux propositions pour développer la séquestration de carbone par les forêts européennes et réussir le passage à l’agriculture durable.

L’investissement correspondant à la mise en oeuvre de ces mesures est estimé par The Shift Project entre 250 et 500 milliards d’euros par an, soit un peu moins de 3% du PIB de L’Union Européenne.

Pour en savoir plus, cliquer ici.  

 

Paris révise son plan énergie climat

Atteindre un bilan carbone neutre à horizon 2050, c’est aussi l’objectif que s’est fixé la ville de Paris. À l’occasion de la révision de son plan énergie climat, Anne Hidalgo et ses équipes ont récemment commandé une vaste étude prospective auprès du groupement de sociétés de conseil Elioth afin d’étudier la faisabilité de cette ambition.

À travers 368 pages, ce vaste rapport passe en revue tous les postes d’émissions de gaz à effet de serre et tire en conclusion que Paris devra fortement accélérer les efforts conduits au cours de ces dernières années. Si la Ville Lumière est parvenue à réduire ses émissions de 9% entre 2004 et 2014, la neutralité carbone en 2050 impliquera une diminution draconienne de 50% d’ici à 2030 et 80% d’ici 2050.

L’objectif de faire de Paris une ville neutre en carbone d’ici 2050 est un signal politique incontestable, tant pour les acteurs de la transition climatique que pour les Parisiens qui bénéficieront de meilleures conditions de vie et de santé à long-terme”

Thomas Buberl, Directeur Général d’Axa*

 

Parmi les solutions mises en avant pour préparer l’avenir de la capitale : l’adoption de nouveaux usages de mobilité (co-voiturage, autopartage, vélo…), le déploiement de fermes solaires, de parcs éoliens ou encore la migration du mix énergétique vers le 100% renouvelable.

 

*Propos recueillis sur le site du Manifeste pour décarboner l’Europe

 

Source : The Shift Project